And they dance.

Publié le par Jack Boy

De retour chez moi j'ouvre la fenêtre de ma chambre, roule une cigarette sans filtre et observe le crépuscule tout en fumant, et j'essaye de mettre de la musique sur mon téléphone portable car les cris des oiseaux m'angoissent mais ma main tremble trop fort, et quand le son sort enfin je sursaute et le chat en profite pour sauter sur le rebord de la fenêtre pour quémander une attention que je ne peux pas lui donner. Le ciel strillé de nuages éffilochés ne parvient pas à calmer mon anxiété et je fixe le toit-terrasse d'une maison en contrebas, et la pluie de la veille lui donne des allures de piscine et les nuages s'y reflètent, et je me demande si c'est assez profond pour y nager quand tout à coup l'eau se trouble de vagues minuscules parce qu'un pigeon a décidé de s'y poser en plein milieu, répondant ainsi à ma question muette. Je regarde le pigeon se désaltérer et je me demande d'où provient ma peur, je me demande si elle est justifiée, mais l'oiseau s'envole et ma cigarette se termine avant la fin de la chanson, que je laisse pourtant continuer jusqu'au bout parce que j'ai l'intuition que quelque chose de terrible se produira si je ne le fais pas.

Publié dans Dyslexie western

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article