Les écrivains sont ceux qui trouvent des répliques cinglantes longtemps après être rentrés chez eux.

Publié le par Nathan

 

 

" Un pan de chemise hors du pantalon, les lacets défaits, Jeff parut dans le bureau de Russel comme s'il sortait du lit, la chemise plus chiffonnée que d'ordinaire, les boutons du col anglais défaits, les pointes rebiquant. On voyait ses genoux par les déchirures de son pantalon. Seul le blazer bleu lui conférait quelque chose de vaguement habillé. Rajustant la visière de sa casquette frappée du slogan "Préservez-moi de ce que je veux" il se vautra sur le canapé et cueillit le Post sur le bureau de Russel.
- Un félin sème la terreur en ville, lut-il.
- Qui est ce monsieur ? demanda Russel à Dona.
- Ton rendez-vous pour le déjeuner.
- Autant dire ton ticket restau, dit Jeff. "

 

 

Trente ans et des poussières, page 147, Jay McInernay.

 

 

 

 

neill.jpg


Publié dans Abstraction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

L'éponge explosive 05/11/2011 08:29


Je parle de ces échéances comme étant grosso-modo selon moi des "échéances", des seuils à partir desquels on commence à pouvoir dire qu'on peut avoir un niveau moyen dans la compétence en question.
Tout dépend du rythme et de l'ardeur que l'on y consacre, aussi, bien entendu.

Ah, au fait, un bon remède contre la procrastination, c'est de faire tous le jours, que l 'on aille bien ou pas, qu'il vente ou qu'il pleuve, au moins cinq minutes de quelque chose réclamant de la
concentration.


Nathan 09/11/2011 13:37



+1


Après tout est une question de motivation...



L'éponge explosive 04/11/2011 22:24


Peut-être. C'est ainsi qu'on pouvait me qualifier, avant. Mais un jour, je me suis pris une grosse baffe dans la tronche (et je l'avais délibérément cherchée, exprès). J'ai fait le point, et je me
suis dit que j'étais "à la bourre". Alors j'ai décidé d'arrêter de parler, et de commencer à agir. J'ai commencé à acquérir quelques compétences, mais je réalise que ce sera long. Sept ans environ
pour être vraiment à l'aise en chant, par exemple. Et je suppose qu'en théâtre, on peut compter cinq ans facilement aussi. En dessin, pareil. En écriture, un peu moins, peut-être...


Nathan 04/11/2011 22:36



Pas forcément, on évolue toujours sur ce point là aussi je pense.



L'éponge explosive 04/11/2011 17:56


Oui, voilà, c'est surtout ça. Un des remèdes est de combattre activement ses complexes en les assumant et en faisant en sorte qu'ils ne soient plus une énergie nocive bouffant au quotidien, mais
une motivation pour avancer et changer.
Oui, mais non, j'suis un "pgm" en rien, je trouve, je m'éparpille trop par curiosité et difficulté à choisir. Le monde est tellement vaste et la vie passe vite.
Une solution que j'ai trouvé et commencé à appliquer contre ça, c'est le fait de privilégier avant tout un noyau central.
Après, le truc des compétences, c'est que d'une, c'est sans fin, et de deux, il faut les entretenir.


Nathan 04/11/2011 19:05



Je dois être trop paresseux.



L'éponge explosive 04/11/2011 16:37


Le complexe du saint, c'est un concept non officiel en psychologie, je crois.
Les gens qui en sont touchés ont peu d'estime pour eux-mêmes, voire pas du tout. Ils pensent qu'ils ne sont pas dignes d'intérêt en tant que tels, en tant qu' "humains bruts". Donc pour estimer
mériter l'estime de leurs congénères, ils pensent qu'ils doivent "se renforcer" en acquérant des compétences et/ou en ayant des performances dans le but de prouver/de se prouver leur valeur. Mais
ils ont du mal à profiter des compliments qui les rendent méfiants, justement parce qu'ils estiment ne jamais en être dignes, même en accomplissant des efforts.

Voilà, grosso-modo.


Nathan 04/11/2011 16:55



Ah ok. Donc oui c'est surtout un probleme de confiance en soi. AIE CONFIANCE EN TOI. Remarque du coup le truc de s'obliger à se renforcer ça fait qu'à force tu deviens trop un pgm en tout. C'est
cool aussi.



L'éponge explosive 04/11/2011 12:42


Oh que oui...mais ça dépend pour quoi. Mais c'est vrai qu'en général, j'aime que les choses soient bien faites, jusqu'au bout, en particulier dans les jeux vidéos et les machins plus ou moins
créatifs. Mais parfois, une chose se suffit à elle-même et n'a pas à être retouchée.
Nan, mais c'est presque sûr que j'ai le complexe du saint, par contre.


Nathan 04/11/2011 12:51



Je connais pas ça par contre. C'est quoi?