Souvenir

Publié le par Nathan

Maman a dit "Il est huit heures et demi, allez vous laver les dents, et au dodo." J'ai dis que j'avais sept ans et que huit heures et demi, c'était pas juste parce que ça voulait dire que j'avais même pas le droit de regarder un film le soir, mais Maman m'a pas laissé discuter. J'ai suivi Siobhan dans l'escalier jusque dans la salle de bain. On se lavait toujours les dents ensemble, parce que comme ça, on pouvait se taper dessus et gagner du temps avant d'aller dormir. Siobhan mangeait le dentifrice à la fraise qui te donne les dents blanches comme le Croco, mais moi, je trouvais ça écoeurant. En même temps, Siobhan mangeait bien ses crottes de nez. Elle a brandit sa brosse à dents et moi, j'ai refermé la porte et j'ai mis le verrou pour la première fois de ma vie. Un vieux verrou sur une vielle porte en bois qui grince. Siobhan m'a demandé pourquoi. J'ai dis "pour voir". Je sais pas vraiment ce que je voulais voir, parce qu'à la maison personne fermait jamais le verrou de la salle de bain. Quand la porte était fermée, ça voulait simplement dire que papa ou maman était dedans. Moi et Siobhan, on était trop petits pour s'occuper des histoires de pudeur, ça servait à rien. J'ai vu que mettre le verrou ne servait pas à grand-chose. On s'est lavé les dents et j'ai mis du dentrifrice dans les cheveux de Siobhan pour la faire brailler. Ca a marché, et elle a voulu aller prévenir maman. Elle a tourné la molette du verrou, mais elle n'a pas réussi à l'enlever. J'ai dis "pousse-toi", et j'ai essayé à mon tour. Pas moyen. "On est coincés."

Très vite, on a commencé à paniquer. On a appelé nos parents de toutes nos forces, mais pas de réponse. On a tapé sur la porte. On a tiré dessus. J'ai dis "Tu sais, je crois qu'on va mourir ici." Siobhan m'a dit de me taire parce qu'elle avait envie de vomir. Elle restait exprès à côté des toilettes, au cas ou ça arriverait. Moi, j'ai dis que les pompiers viendraient, qu'ils poseraient une échelle contre le mur, dehors, et qu'ils casseraient la lucarne au-dessus de la baignoire pour venir nous sauver. "On peut survivre en buvant juste de l'eau pendant huit jours, et de l'eau ici, y en a plein." J'avais lu ça dans un Planète-Junior. Mais ça m'a pas vraiment rassuré, et on s'est tous les deux mis à pleurer.

Dix minutes après, Papa était derrière la porte. Je me souviens avoir crié au secours. Papa m'a dit de pousser la porte et de ne pas la tirer en essayant de tourner le verrou.

Ca a marché.

Siobhan et moi, on était libres.

 

Et ridicules.

Publié dans Avec du beurre dedans

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

zofia 08/02/2012 21:54

Ah l'enfance :-) les souvenirs qui sur le moment, paraissent si grands, si terribles

Nathan 23/02/2012 12:34



Si honteux parfois, aussi. Mais plus ça s'éloigne dans le temps, plus c'est drôle finalement...